Un bien petit monde

Dans l’affaire Candy, on ignore encore beaucoup de choses sur sa société éditrice, Digital Diffusion Video. On sait qu’elle a obtenu les droits de Candy par la société Poly Production. On ignore la provenance des masters, et surtout on se demande bien qui a pu lancer une pareille opération : la société ayant été créée peu de temps avant la date de sortie des DVD initialement prévue, il est probable que cette opération n’a pas été lancée par le premier venu.

J’avais contacté Jacques Benchetrit, de la société Proteam, la société à l’origine de la fameuse « étude de marché » (étude incarnée par des bons de commande des DVD Candy faxés à la grande distribution). Monsieur Benchetrit m’a indiqué que le cabinet d’avocats Bitoun représentait la société Digital Diffusion Vidéo. J’ai appelé le cabinet en question, et j’ai pu parler à Maître de La Rochère, qui s’est refusé à tout commentaire.

Or, on apprend dans la procédure qui oppose Poly Production à Toei Animation, que le même cabinet Bitoun défend dorénavant les intérêts de Poly Production (autrefois représentée par Maître Borrowsky). Mais ça ne s’arrête pas là, puisque dans une affaire opposant la société Dybex à Bruno-René Huchez, ce dernier est également représenté à titre personnel par le cabinet Bitoun.

On peut trouver également d’autres liens, puisque d’après l’extrait K-bis de la société Poly Production, l’administrateur de la société s’appelle François Godeluck. Or on constate que le même François Godeluck est également responsable du développement chez Rouge Citron Production/Kero.

Je sais pas pour vous, mais parfois j’ai la musique entêtante de l’attraction « it’s a small world » de Disneyland qui me trotte dans la tête…