Archive for the ‘Toei’ Category

Gaiking : genèse d’un projet.

lundi, mars 29th, 2010

Jules Urbach est un ingénieur américain qui a réalisé l’un des tout premiers jeux sur CD-Rom, Hell Cab, à l’aide de Macromedia Director alors qu’il n’a que 18 ans. En 1998, il fonde la société 3D Groove, qui propose une extension permettant à Director d’afficher de la 3D. C’est à cette époque que je le rencontre, étant moi-même développeur sur Director, et que nous nous lions d’amitié. Il m’apprend qu’il a passé son enfance en France jusqu’à l’âge de 9 ans, mais il est resté suffisamment longtemps pour être touché sévèrement par le virus de la japanime : Goldorak, Albator, Capitaine Flam… Il rêve de faire un jeu basé sur le robot géant.

Je le tiens régulièrement informé des nouveautés qui continuent d’arriver en France au sujet des héros de notre enfance, et naturellement de l’affaire des DVD contrefaits. Il poursuit son petit bonhomme de chemin en mettant au point un moteur 3D temps réel révolutionnaire, Otoy, qui lui ouvrira les portes d’Hollywood : l’industrie du cinéma s’avère très intéressée.

C’est dans ce contexte qu’il fait par la suite l’acquisition de la société LightStage, qui détient un procédé de motion capture révolutionnaire. Celui-ci lui vaudra d’ailleurs un oscar pour les effets des films l’Etrange histoire de Benjamin Button et Avatar. Jules n’oublie pas ses rêves, et, fort de prestigieux contacts à Hollywood tout prêts à lui prêter main forte, décide de se lancer dans un film autour des héros de son enfance.

Reste l’épineuse question des droits. Etant donné mes contacts avec les avocats français de Toei Animation, et à l’occasion de son passage en France en septembre 2006, je lui propose d’organiser une rencontre au cabinet Bataillon & Associés afin qu’il leur expose son projet et qu’ils discutent d’un moyen d’obtenir les droits. Jules obtient ses entrées chez Toei Animation, mais la piste s’avérera stérile. Il finira par arriver à ses fins avec l’aide de Dark Horse Comics, et son projet commence modestement : il s’agit de réaliser un court métrage en 3D de 7 minutes pour Bandai, autour des robots de la série Chogokin (importée par Mattel dans le reste du monde).

Jules montre son projet aux réalisateurs David Fincher (Se7en, Fight Club, Zodiac…) et James Cameron, qui travaillent ensemble à un remake du film d’animation culte Métal Hurlant de 1981, basé sur la non moins culte revue de SF française du même nom. Ils sont tellement enthousiasmés qu’ils décident d’ajouter le projet de Jules à leur film.

Le projet a pris de l’ampleur, et s’est fait remarquer. Jules a fini par obtenir les droits pour faire un long métrage autour des licences Gaiking et Shogun Warriors. Ca ne vous rappelle rien? C’est le nom que la société Mattel a donné à une gamme de jouets à la fin des années 70. On y trouve pêle-mêle et parmi tant d’autres Daimos, Gaiking, Godzilla, Mazinger Z, Raydeen, et… Goldorak. Marvel Comics lancera une série de magazines sur la licence aux USA, qui verront des crossovers improbables entre robots japonais et super-héros américains.

Goldorakbox

Jules trouve un réalisateur : Matthew Gratzner. Il s’agira de son premier film, mais l’homme a un prestigieux curriculum vitae puisqu’il a réalisé les effets spéciaux de films tels que The Dark Knight, Iron Man, Superman Returns, ou encore Alien: Resurrection. Et son expérience ne sera pas de trop car ils comptent CONSTRUIRE LES ROBOTS A L’ECHELLE UN. Ils seront ensuite scannés en pleine résolution pour être animés par ordinateur, et serviront également pour des prises de vues réelles.

Lors de l’Anime Fair de Tokyo, Toei Animation révèle l’existence du projet, conjointement à un autre long métrage en images de synthèse, cette fois consacré à Albator. Elle y présente les premières images du projet, en fait le travail de pré-production, et non ce qu’on verra dans le film.

Le film est financé et annoncé, rien ne peut plus s’opposer à sa sortie, prévue en 2012, après bien des atermoiements. C’est une joie et un soulagement de pouvoir vous parler aujourd’hui de ce projet de longue haleine. Les autres robots seront révélés lors de la Comic-Con qui se tiendra du 22 au 25 juillet à San Diego. Mais mon petit doigt me dit que ça devrait vous plaire…

Et bien sûr, vous devriez trouver quelques infos croustillantes sur ce blog dans les mois à venir ;¬)

Pas de jalouse

vendredi, janvier 29th, 2010

La décision de la requête en interprétation est arrivée (voir Dernier soubresauts de la procédure), et clarifie les quelques points de la décision en appel de renvoi qui étaient demeurés obscurs.

Manga Distribution et Déclic Images sont ainsi condamnées à verser chacune 2,4 millions d’euros, et les DVD litigieux seront détruits à leur frais. Reste à voir si les sociétés décident de se pourvoir face à cette interprétation qui leur est défavorable.

Télécharger la décision

Derniers soubresauts de la procédure

mercredi, décembre 23rd, 2009

Alors qu’on était en droit d’attendre une édition en bonne et due forme de Goldorak en DVD pour cette année, il n’en a rien été, pour cause de mésentente sur l’interprétation de la décision de la Cour d’Appel de renvoi.

Comme je vous l’avais précisé (voir ici), les avocats des deux parties étaient en désaccord sur celle-ci, concernant le montant de la condamnation : Maître Nitot considère en effet que ses clientes, Déclic Images et Manga Distribution, ayant été condamnées dans les mêmes termes qu’en première instance, le montant de la condamnation est de 2,4 millions d’euros in solidum, alors que les avocats des japonais avancent quant à eux qu’il s’agit du double du montant, à savoir 2,4 millions d’euros pour chaque société. D’autre part la décision n’a pas fait état du sort des DVD qui sont restés sous scellés, et que les Japonais souhaiteraient voir détruits, aux frais de DI & MD.

La question a été plaidée le 7 décembre lors d’une requête en interprétation, dont le résultat sera connu le 28 janvier. Après quoi rien ne devrait plus s’opposer à une exploitation de la série sous quelque forme que ce soit.

En outre, signalons que le délai pour faire appel après notification est écoulé, hormis donc ces derniers détails, ce volet de l’affaire, à savoir la procédure civile portant sur les deux premiers coffrets, est définitivement clos.

Goldorak arrive chez Revoltech

samedi, novembre 7th, 2009

Revoltech est un label de la société japonaise Kaiyodo, qui a mis au point un ingénieux système d’articulation pour ses figurines, permettant de leur donner n’importe quelle pose:

Revoltech_joint

Elle a réalisé nombre de mechas d’excellente facture proposés à un prix modique (une vingtaine d’euros). Lors du Revoltech Expo 09 qui s’est tenu le 31 octobre à l’Anime Center UDX 4F d’Akihabara, la société a présenté les modèles qui seront mis sur le marché l’année prochaine. Et il y avait ça:

4061344168_0cfaffb3d3_b

(cliquer pour zoomer)

Les japonais gagnent en appel

mercredi, juin 24th, 2009

Voilà la décision de la Cour d’Appel de renvoi, dans l’affaire Goldorak. En substance, la Cour a reconnu la recevabilité de Toei Animation et Dynamic Planning à agir, et déclaré Déclic Images et Manga Distribution coupables de contrefaçon.

De même, elle a rétabli la marque déposée « Goldorak » à Toei Animation et l’a retirée à Déclic Images. Cependant, elle a considéré que Déclic Images et Manga Distribution n’avaient pas commis d’actes de concurrence déloyale.

Elle condamne chacune des deux sociétés françaises à verser 2,4 millions d’euros (soit 4,8 millions en tout). Le jugement est plus clément qu’en première instance, sans doute le juge aura-t-il souhaité ménager la chèvre et le chou, entre condamner des actes répréhensibles d’une part, et permettre aux entreprises de poursuivre leur activité de l’autre.

Voilà donc qui clôture un volet de l’affaire du Goldogate après quatre ans de procédures, à moins que les sociétés françaises ne se pourvoient en cassation (rappelons qu’auquel cas, c’est sur la procédure uniquement qu’il faudra statuer et non sur le fond).

télécharger la décision

Bon ben pas le temps

mercredi, juin 24th, 2009

Désolé, j’ai pas eu le temps de vous faire mon compte-rendu des plaidoiries de l’appel de renvoi comme promis, je vous renvoie (justement) à celui de Funman pour Japanbar.

La raison? On attend la décision pour aujourd’hui.

Des nouvelles du barreau

mercredi, mai 6th, 2009

Vous vous souvenez peut-être que j’avais évoqué une décision de justice menant à la confusion de patrimoine entre Bruno-René Huchez et Rouge Citron Productions (voir l’article « Les têtes tombent« ). L’intéressé avait fait appel de cette décision et je n’ai hélas pas pu en savoir plus jusqu’ici. Cependant, grâce à la vigilance d’un fidèle lecteur, nous pouvons maintenant apprendre que la décision a été invalidée en appel, ce qui permet à Bruno-René Huchez de conserver sa propriété. Notez au passage le langage fleuri dudit lecteur, qui ne manquera pas de vous faire sourire je l’espère.

Toujours dans l’actualité judiciaire, Toei Animation a assigné IDP pour lui faire tenir sa promesse de rendre les bandes master de Goldorak, décision sur laquelle la société a subitement changé d’avis en même temps que de direction. Le tribunal de commerce a débouté Toei Animation de ses demandes, mais il est vrai que les juges du tribunal de commerce sont eux-mêmes des commerçant et non de fins juristes… Sans doute Benjamin Uzan voit-il dans ces masters une monnaie d’échange contre une éventuelle clémence de Toei Animation dans le cas où les choses tournent au vinaigre pour Déclic Images et Manga Distribution, or c’est faire abstraction du fait que Toei Animation a récupéré les archives INA de la diffusion initiale de la série (qui sont d’ailleurs probablement en meilleur état de conservation).

Enfin, puisqu’on parle de l’affaire qui concerne Déclic Images et Manga Distribution, les plaidoiries de l’appel de renvoi ont eu lieu hier, je vous en ferai un compte rendu précis prochainement.

Cha-la head cha-la

jeudi, avril 2nd, 2009

Alors que chaque jour nous rapproche de la date fatidique de sortie du film Dragon Ball Evolution (tremblez, mortels), Toei Animation vient de mettre en ligne le site DragonBallOfficial.com. Le site en français proposera des vidéos et des images exclusives (interview de l’équipe japonaise, character sheets, fonds d’écran…) autour des séries Dragon Ball, Dragon Ball Z, et Dragon Ball GT. Vous pourrez également retrouver des fiches sur les personnages, des synopsis, des dossiers complets, ainsi que des extraits de chaque série. Le site est encore bien vide, avec 3 extraits vidéo (un pour chaque série), ainsi qu’un dossier sur l’attaque censurée de Krilin, l’origine des noms des personnages, ou encore les différentes transformations qu’on peut voir dans les 3 séries.

Voilà qui devrait permettre à la Toei Animation d’affirmer un peu plus sa paternité sur ses licences. On peut espérer qu’avec toute l’attention que Dragon Ball suscite, il n’y aura pas de DVD pirates de cette série. Mais bon en même temps, maintenant plus rien ne m’étonne.

Spider-man tokusatsu gratos

jeudi, mars 19th, 2009

En 1978, Toei Company a acquis les droits du comic Spider-man, pour en faire ce que bon lui semblait. Sur l’insistance de Bandai qui devait créer une ligne de jouets, la série télévisée qui en a découlé à intégré tous les codes du tokusatsu, robot géant transformable y compris. Tout comme Goldorak, celui-ci a d’ailleurs eu droit aux honneurs de la prestigieuse collection Soul of Chogokin en 2006. L’adaptation n’a plus grand chose à voir avec l’original, en gros c’est X-Or avec le costume et les pouvoirs de Spider-man. En attendant la sortie du quatrième film prévue pour Mai 2011, le site officiel de Marvel propose chaque jeudi un épisode de la série japonaise sous-titrée en anglais, dont voici les deux premiers.

Goldorak en DVD en 2009?

mardi, décembre 30th, 2008

Aux dernières nouvelles, nous attendions une date pour le jugement de l’affaire Goldorak devant la Cour d’Appel de renvoi, afin de juger l’affaire en appel une seconde fois, puisque la Cour de Cassation avait remis l’affaire en l’état de la première instance. Ramenant Déclic Images et Manga Distribution à leur condamnation initiale in solidum de 7,2 millions d’euros.

L’affaire sera jugée, à moins de reports, en Mai 2009. Si l’affaire s’en tient là, et si le jugement est favorable à Toei Animation, alors on pourra espérer enfin tourner la page sur cette longue affaire (on va gentiment sur nos quatre ans), et pouvoir enfin tenir dans nos avides papattes des DVD (que dis-je, des BluRay!) officiels de Goldorak, mordorés à l’or fin et au point d’Alençon.

Toujours dans l’actualité judiciaire, Toei Animation a assigné IDP afin de lui faire tenir sa promesse de rendre les masters de Goldorak (IDP ayant subitement changé d’avis en même temps que de propriétaire… ce dernier ayant quelque passif concernant Goldorak et quelque rancœur nourrie à l’encontre de Toei Animation, une vague histoire de contrefaçon je crois). La décision sur ce point sera connue en Mars.

Prenons date, donc, et espérons que l’année prochaine sera celle de tous les dénouements.

Je vous la souhaite douce et joyeuse, en tous cas.