Archive for the ‘Droits & Internet’ Category

La japanime arrive sur iTunes!

lundi, décembre 15th, 2008
 

La vidéo aura mis le temps à décoller sur la version française d’iTunes, mais les choses sont en passe de changer. On peut désormais y trouver les 13 premiers épisodes (sur 39) des Mystérieuses Cités d’Or, (1,99 € l’unité ou 13,99 les 13), la saison 1 de Cosmowarrior Zero, la jeunesse d’Albator (1,99 € l’épisode ou 19,99 € les 15, à noter que vous pouvez également les regarder gratuitement sur la chaîne Youtube de Gong France), ou encore la saison 1 des Chroniques de la guerre de Lodoss (1,99 € l’épisode, vendus uniquement à l’unité cette fois. A noter que l’épisode 1 est distribué gratuitement).

Sachez également qu’iTunes proposera nombre de contenus (musiques, clips, vidéos…) en distribution gratuite durant 12 jours à partir du 26 Décembre, histoire de remplir l’iPod que le Père Noël vous aura offert.

Streaming : des nouvelles du front

lundi, novembre 24th, 2008

Après s’être faite condamner à interrompre la diffusion des programmes de M6 et W9, Wizzgo a également perdu des procédures similaires face à TF1, France Télévisions, et NT1. Le service se vide donc de sa substance, mais la société promet sur son blog de trouver de nouveaux moyens. Première initiative, une pétition en ligne… qui fera bien peu pour convaincre le législateur de la légitimité du service.

D’autre part les ayants-droits s’orientent vers la diffusion gratuite de contenus en streaming de plus en plus. Ainsi, les Monty Python ont ouvert une chaîne sur YouTube, d’autre part, on peut retrouver nombre d’animés japonais sur la chaîne de Gong (sur YouTube et sur Dailymotion, les séries ne sont d’ailleurs pas les mêmes). En outre, Dybex a entammé la diffusion gratuite de la série Eve no jikan sur son site. De plus, TV Tokyo a annoncé un partenariat avec Crunchyroll pour lancer la diffusion de ses animés (sous titrés en anglais) à l’international à partir de Janvier 2009. Gonzo et Toei Animation diffusent également leurs contenus sur Crunchyroll.

Enfin, Hulu.com, le site américain qui diffuse légalement et gratuitement séries télé et films interrompus par des écrans publicitaires, devrait proposer une version française d’ici peu.

Les choses bougent vite, donc.

[update] ouverture également aujourd’hui du Shonen Jump Super Anime Tour, avec trois courts métrages sous titrés en Français : Dragon Ball, One Piece et Tegami Bachi. Hélas uniquement pour les utilisateurs de Windows.

Diffusion web : les chaînes contre-attaquent

jeudi, août 14th, 2008

Je vous parlais en Mai dernier de Wizzgo, un petit logiciel qui fait office de magnétoscope numérique par internet : vous programmez les émissions que vous souhaitez, elles sont enregistrées du côté serveur par la société et vous sont envoyées par la suite sous forme de fichier Quicktime. La société se prévalait de l’exception du droit d’auteur à la copie privée pour justifier ainsi la diffusion d’œuvres audiovisuelles, à ceci près qu’en aucun cas bien sûr cette société ne fait partie de votre cercle familial, cadre strict au sein duquel peut s’exercer cette exception.

La riposte ne se sera pas faite attendre : M6 a assigné la société en référé et a obtenu que les chaînes de son groupe (M6 et W9) soient retirées de l’offre, ce qui a été fait aussi sec. Si toutes les autres chaînes de télé en font autant, ce qui n’aurait rien de surprenant, le service perdra bien de son intérêt à terme.

A noter qu’en revanche le logiciel Zattoo, s’il ne permet pas d’enregistrer les émissions, permet cependant de regarder certaines chaînes en direct via une connexion internet, et que la diffusion est faite avec l’accord de celles-ci. D’autre part, M6 a ouvert une version beta de son service de catch-up TV basée uniquement sur le lecteur Flash, ce qui en offre l’accès aux utilisateurs de Mac et de Linux.

[update 16/08] 01net signale que Wizzgo a fait appel de la décision, insiste que son service est légal, qu’il existe d’autres services concurrents, et qu’elle est prête à « faire un geste » envers les ayants droits.

Arnaques du web : les logiciels « OEM »

mardi, août 5th, 2008

La violation des droits d’auteur peut prendre diverses formes, en voici une dont vous n’aviez peut-être pas conscience. On tombe fréquemment sur le web (ou dans son spam…) sur des marchands de logiciels dits « OEM », qui ont la particularité de vendre leurs produits à une fraction du prix normal. Ca n’a, dans l’écrasante majorité des cas, rien de légal. Petite explication : un logiciel OEM (pour Original Equipment Manufacturer) est un logiciel livré en « bundle » avec du matériel informatique. Ainsi vous aurez une version de Photoshop Elements avec votre scanner par exemple, ou encore une version de Windows avec votre PC.

Dans pareil cas, le fabriquant du matériel signe un accord avec l’éditeur du logiciel pour le distribuer avec son produit. Or certains petits malins parmi les revendeurs ne se privent pas pour retirer les CD des cartons et les vendre séparément comme s’il s’agissait de produits officiels à part. Ce qui est tout bénéfice pour eux, puisqu’ils n’auront pas eu à débourser le moindre centime : on crée du bénéfice de nulle part. Cependant, en agissant de la sorte, ils arnaquent au passage le client du matériel (puisqu’il n’aura pas le logiciel qui était censé être livré avec), le client du logiciel (puisqu’il ne bénéficiera d’aucune garantie constructeur, outre qu’il n’a pas droit à tout les services proposés avec le logiciel commercial), les auteurs du logiciel (puisque la distribution d’une version spéciale se fait hors du circuit qu’ils ont autorisé, et que le revendeur se fait de l’argent sur leur dos), et les revendeurs honnêtes, à qui ils font une concurrence déloyale. Il faut le savoir : un logiciel en version OEM ne peut être vendu séparément du matériel, voire, en fonction des licenses d’utilisations, ne peut même être utilisé avec un autre matériel que celui avec lequel il est fourni.

En apparence ces CD sont tout ce qu’il y a de normal, décorés qu’ils sont d’une impression sérigraphiée avec le logo officiel. Pourtant ça n’a pas grand chose à voir avec la version commerciale : pas de packaging, pas de manuel papier, des fonctions souvent limitées, un paramétrage parfois calibré pour le matériel avec lequel il était censé être livré, voire bridé pour celui-ci, et surtout pas la moindre garantie, puisque c’est le constructeur du matériel avec lequel le logiciel OEM est livré, et non l’éditeur du logiciel, qui est censé s’en charger. Et bien sûr pour bénéficier de la moindre garantie il faut montrer une preuve d’achat du matériel en question. Pire encore, lorsqu’on commande un logiciel OEM à l’un de ces marchands, il n’est pas rare de les voir disparaître avec la caisse sans jamais rien recevoir d’eux, et tout recours judiciaire est d’autant plus délicat que l’achat en lui-même est suspect (un logiciel neuf à 10% de son tarif normal, c’est censé vous mettre la puce à l’oreille…)

Comme quoi la violation du droit d’auteur n’est pas toujours synonyme de contrefaçon, raison de plus pour rester vigilant.

Des films en streaming gratuit et légal

vendredi, juillet 25th, 2008

Les USA avaient initié la diffusion de séries et de films en streaming gratuit (hulu.com, ABC, NBC, Disney…), mais de ce côté-ci de l’Atlantique, il n’y avait guère que les catch-up tv (Arte, M6, Canal+) qui permettaient d’accéder à ce type de contenus dans des conditions similaires.

CDiscount annonce un service de films en streaming gratuit à partir du mois de Septembre. Le site du groupe Casino a obtenu un accord de diffusion pour 16 films auprès de neuf diffuseurs. Quatre films seront diffusés par mois, de Septembre à Décembre, et chacun sera mis en avant chaque semaine. Le site lepoint.fr donne la liste des films concernés.

Le système, s’il est idéal pour les spectateurs et pour la lutte contre le piratage, a toutefois encore à faire ses preuves économiquement parlant.

eBay : la forteresse se fendille

lundi, juin 30th, 2008

Ca n’aura échappé à aucun d’entre vous : eBay est le dernier repère à la mode pour la marchandise de contrebande.
Alors que tous les magasins « brick and mortar » d’achat-vente de produits d’occasion sont obligés de veiller scrupuleusement à ce qu’ils revendent, il n’en est rien pour eBay, bien à l’abri sous le faux-nez de la jurisprudence sur les hébergeurs. Moralité ils ne sont guère regardants sur ce qui passe par chez eux.

Tous s’y étaient cassés les dents jusqu’ici, mais voici que, par deux fois, eBay s’est faite condamner pour avoir permis la vente de produits de contrefaçon (et accessoirement avoir pris leur commission au passage). Ainsi, la société américaine s’est vue condamner début Juin à 200.000 euros de dommages et intérêts face à la marque Hermès, et ce matin c’est six marques appartenant au groupe de luxe LVMH qui ont obtenu 38,6 millions d’euros.

On peut donc espérer le nécessaire ajustement de la jurisprudence de l’hébergeur, qui permettait jusqu’ici tous les abus. Le site de vente aux enchères a néanmoins fait appel de cette dernière décision.

La loi Hadopi retoquée?

mardi, juin 3rd, 2008

Je vous parlais plus bas des différents problèmes que soulève le projet de loi Hadopi sur le piratage. PC Impact fait état d’un projet d’avis du Conseil d’Etat sur la question, qui remet fortement en question les différents points qui posaient problème. Si la réponse graduée est conservée (avec coupure de la connexion jusqu’à un an), le Conseil y ajoute également 5000 € d’amende en fonction de la gravité des faits. D’autre part les juges sont remis au centre du dispositif, avec débat contradictoire, possibilité d’appel, décision motivée, et décision de justice quant à l’identification des adresses IP. Le Conseil d’Etat demande également à ce que les mesures de protection de la connexion soient prises en compte. L’essentiel des problèmes soulevés en serait donc réglé, reste à voir ce qu’il en restera sur son avis définitif.

Casse-tête

jeudi, mai 29th, 2008

Depuis quelques mois déjà, on nous promet une « réponse graduelle » au piratage : le pirate recevrait initialement un email pour lui intimer l’ordre de cesser cette mauvaise habitude, et s’il persiste, se voit tout bonnement couper sa connexion Internet.

L’idée semble bonne : elle instille la peur du gendarme, trop absent du net, et est associée à un châtiment systématique, inéluctable, et semble-t-il plus proportionnel à la faute commise. Elle devrait donc permettre une nette réduction des usages frauduleux du net.

Cependant, le projet de loi Hadopi (car tel est son nom) laisse bien des questions en suspens.

Premièrement : la mise en application concrète. Il faudra que chaque FAI mette en place les infrastructures de surveillance des échanges de données, ainsi que leur archivage durant une année. L’ARCEP a d’ailleurs réagi à ce sujet. On peut également se poser différentes questions sur les moyens de détection : les réseaux les plus courants seront surveillés, mais il faudra également surveiller le contenu des fichiers (les pirates auront tôt fait de donner des noms farfelus aux fichiers pour brouiller les pistes, en donnant l’équivalence sur une simple page HTML par exemple). D’autre part tout réseau non surveillé passera à travers les mailles du filet, et dieu sait que ça n’est pas les protocoles qui manquent (jusqu’à Freenet qui a précisément pour vocation d’empêcher toute surveillance de ce type), ou tout simplement en s’abritant derrière un proxy comme Tor, invalidant par là-même le dispositif pour les plus roublards des pirates.

Ca ne s’arrête pas là cependant : la loi va créer des zones de non-droit, comme par exemple à Paris qui est couverte par du Wi-Fi gratuit. Il suffira de se connecter à un hotspot ouvert pour pirater en toute quiétude, laissant la responsabilité et les conséquences à la bonne âme qui aura mis sa connexion en libre service, au risque de se la voir couper (à l’inverse de la législation actuelle, il n’y a pas lieu de faire une constatation du recel des œuvres sur les disques-durs des contrevenants pour sévir). Les jours du partage communautaire de connexion sont donc comptés. Mais pire encore, même ceux qui auront eu la présence d’esprit de protéger leur point d’accès Wi-Fi par mot de passe ne seront pas à l’abri : il suffit de quelques minutes pour en violer l’accès en toute simplicité, qu’il s’agisse d’une protection WEP ou même WPA. On risque donc de punir de parfaits innocents tout en laissant les fautifs poursuivre leurs razzia.

 
Une connexion WEP hackée en une minute…

Enfin, qu’adviendra-t-il des utilisateurs à qui on aura coupé l’accès internet? La majorité des offres proposant dorénavant le « triple play » (Internet + téléphone + télévision), comment séparer les services pour n’en couper qu’un seul? Le contrevenant sera-t-il condamné à payer au prix fort une offre amputée d’un bon tiers? Pourra-t-il tout bêtement changer de fournisseur, ou mettre sa connexion à un autre nom? Y aura-t-il un fichier national des pirates pour éviter qu’ils ne se fournissent chez un autre FAI une fois déconnectés?

De même, comment faire pour ceux qui piratent à partir de la connexion de leur entreprise?

Bref, tout ça pose bien des problèmes, d’autant que certains verraient dans un tel projet une violation de la vie privée ainsi que des droits de l’homme (privation de droit sans autre forme de procès ni même l’intervention d’un agent assermenté). Moralité, le mensuel SVM a lancé une pétition contre cette mesure.

Le problème du piratage n’est pas près de trouver une solution pleinement satisfaisante.

Des séries sur iTunes

jeudi, mai 29th, 2008

Apple a enfin lancé la partie vidéo de son magasin en ligne. Jusqu’ici on ne pouvait acheter que des clips, et les courts métrages de Pixar, l’autre société de Steve Jobs.

Le catalogue est pour le moment limité mais réussi malgré tout l’exploit de faire cohabiter les grands rivaux:

 

  • TF1 Vision (La main blanche, R.I.S., Le maître du zodiaque)
  • France 2 (Chez Maupassant, Cœur océan)
  • Arte (Le dessous des cartes, Arts du mythe, Toutes les télés du monde)
  • MTV (Pimp my ride, Made)
  • ABC Studios (Desperate housewives, Lost, Ugly Betty)
  • Mediatoon (Lucky Luke, Valérian & Laureline,Kid Paddle, Spirou & Fantasio)

 

A noter que le premier épisode de ces deux dernières séries est proposé gratuitement. D’autres séries sont proposées pêle-mêle : South Park (Comedy Partners), Bob l’éponge (Viacom), Foot 2 rue (France Télévisions).

Les épisodes sont doublés en Français, mais pas de VO sous-titrée. La résolution est inférieure au DVD et le tarif s’échelonne entre 1,49 €, 1,99 € et 2,49 € l’épisode, bref pas folichon, et un catalogue encore limité mais qui est appelé à se développer : les programmes de Disney Channel devraient prochainement être proposés. En revanche, toujours pas de films ni de location.

Cette offre présente cependant quelques avantages, puisque c’est la seule qui réunit dans un seul endroit toutes les œuvres de ces magasins de VOD. De plus, ces catalogues sont enfin rendus accessibles aux utilisateurs de Mac, iPods, iPhone, et Apple TV (leurs ayants-droits respectifs ne les proposaient jusque là qu’à travers la plate-forme windows media, qui était incompatible). Enfin, les expatriés disposant d’une carte bancaire associée à un compte en France pourront se fournir en toute légalité à travers le monde entier.

Et qui sait, peut-être iTunes s’avérera-t-il une seconde chance pour trouver un marché vidéo à Goldorak…

Ouvrir iTunes à la page vidéo

Magneto, Serge!

samedi, mai 24th, 2008

Voilà un petit logiciel qui devrait faire beaucoup de bruit dans les jours à venir : iWizz, proposé par la société Wizzgo, vous permet d’enregistrer les émissions de la TNT à l’aide d’une simple connexion internet.

Grâce au guide des programmes intégrés, vous pouvez sélectionner les émissions qui vous intéressent. La requête est envoyée aux serveurs de Wizzgo qui se charge de procéder à l’enregistrement pour vous. Une fois fait, celui-ci vous est renvoyé sous forme de fichier quicktime une heure après la diffusion, prêt à être visionné sur votre ordinateur, iPod, ou Apple TV, par exemple. Les fichiers sont livrés sans DRM mais contiennent un watermarking avec votre identifiant personnel afin de décourager les utilisateurs de mettre les fichiers en partage. Vous pouvez également créer des listes intelligentes qui filtreront pour vous les contenus en fonction de vos préférences, ainsi vous pouvez facilement isoler toute la japanimation par exemple. Vous pouvez en outre partager vos listes avec vos « buddies » qui utilisent le logiciel. Seule limite : vous ne pouvez enregistrer que 15 heures de programmes par mois.

L’intérêt est multiple : simplicité, possibilité d’enregistrer sur autant de chaînes simultanément que vous le désirez, pas besoin de tuner TNT, une simple connexion à internet suffit, quel que soit le débit. Ca fonctionne où que vous soyez… y compris à l’étranger! Voilà qui devrait faire bien plaisir à tous les expatriés, comme certains d’entre vous. Si vous avez suivi les épisodes précédents, vous vous doutez donc bien que les chaînes de télé françaises ne l’entendront pas de cette oreille et riposteront probablement. Car c’est l’intégralité des programmes des 17 chaînes gratuites de la TNT qui sont disponibles, rencontres sportives y compris…

En parlant de télé, petites recommandations de geek, en admettant que vous n’ayez pas eu l’occasion de déjà les voir:

Tokyo Godfathers, Lundi sur Virgin 17
Le tombeau des lucioles, Mardi sur Virgin 17
Dune, Jeudi sur NRJ12
Le passe-murailles, Jeudi sur France 3
Sakamoto joue de la musique de film, Vendredi sur Arte
Dans la spirale des jeux vidéo (tout un programme, à regarder au 3ème degré), le 3 Juin sur Arte.

A noter que vous pourrez également consulter ces deux derniers programmes une semaine durant sur le site de catch up d’Arte.