Archive for the ‘IDP’ Category

Hécatombe

jeudi, juin 28th, 2007

C’en est fini de la Boutique Manga, organe de vente d’IDP, dont le site informe de la fermeture définitive.

boutique

Faut-il voir un effet domino dans les récents dépôts de bilan et autres liquidations judiciaires? Chaque entreprise qui meurt laisse une ardoise à ses fournisseurs et met ses clients dans l’embarras. Pour peu que tout le monde soit fragilisé et se tienne un peu par la barbichette, une chute peut en cacher une autre… comme disait Brassens…

Et s’lon les avis compétents
Il paraît que cette hécatombe
Fut la plus bell’ de tous les temps

IDP en dépôt…

mardi, juin 12th, 2007
logo IDP

On se souvient qu’après quelques attermoiements, Benjamin Uzan avait repris le contrôle de la totalité d’IDP et de Loga Distribution. Etait-ce pour sauver les entreprises, ou encore pour se refaire une virginité dans la grande distribution? Toujours est-il qu’elles sont toutes deux en redressement judiciaire depuis le 16 Mai, comme l’atteste societe.com (voir la fiche d’IDP — voir la fiche de Loga Distribution).

A ba finalement, si

mercredi, avril 4th, 2007

Après avoir démenti l’acquisition complète d’IDP par Benjamin Uzan en Février dernier, Japanbar la confirme cette fois dans son édito d’Avril:

De son côté, Benjamin Uzan, de Déclic Images a acquis officiellement 100 % des droits d’IDP. L’heure était donc au phagocytage.

Le mariage est donc totalement consommé. Reste à voir comment les acteurs du marché vont réagir à l’information.

Concernant IDP

mardi, février 6th, 2007

J’ai contacté Jean-François Dufour, directeur adjoint de IDP Home Vidéo:

Il y a effectivment eu des démissions, dont la mienne.
Elles sont au nombre de 5.

La première (partant d’Euphor) n’a rien à voir avec tout cela, la personne ayant souhaité voguer vers de nouveaux horizons.
Les 4 autres démissions (1 sur IDP et 3 sur Loga) sont liés car nous partons tous les 4 nous consacrer à l’organisation de Japan Expo, dont je suis personnellement le créateur et le président.
Nous partons en bons termes avec la nouvelle direction.
Benjamin UZAN étant arrivé au mois d’Octobre, je doute qu’on puisse dire que nous partons (en février) en réaction à son arrivée.

Sinon, concernant Euphor, l’affirmation prétendant que Benjamin UZAN a fait pression pour que les gérants lui revendent leurs parts. Il y a bien eu changement, puisque Yves HUCHEZ a racheté les 49% des parts qu’il n’avait pas, mais Benjamin n’a rien à voir là-dedans.

Voilà qui a le mérite d’être clair.

Des remous chez IDP

lundi, février 5th, 2007

Dans son édito de février, Japanbar.net revient sur la situation d’IDP. Selon eux, Benjamin Uzan n’aurait pas acheté plus de 15% des parts de IDP contrairement à ce qui avait été avancé ici, mais il n’en aurait pas moins pris le contrôle, Yves Huchez et sa femme l’ayant désigné comme gérant le 27 Octobre. (comme le confirme societe.com)

D’autre part, Arnaud Lanvin indiquait dans les commentaires que 10 employés d’IDP auraient simultanément présenté leur démission suite à ce changement de direction, ce qui m’a été confirmé par une de mes sources.

Benjamin Uzan rachète IDP (bis)

mardi, janvier 16th, 2007

Le 18 Octobre 2006, je vous annonçais la prise d’intérêts de Benjamin Uzan dans le groupe IDP à hauteur de 15%. Cette prise d’intérêts avait d’ailleurs soulevé de nombreux questionnements.

Après un premier galop d’essai, qui a vu les licences DI commencer à être distribuées par IDP, cette fois c’est l’intégralité d’IDP qui aurait été rachetée par Benjamin Uzan (à titre personnel et non sur les fonds de Déclic Images ou Manga Distribution). Ce rachat comprendrait également Taifu et Loga.

Il faut dire que Manga Distribution était déjà en délicatesse avec la grande distribution avant l’affaire Goldorak, qui aura donc été le clou final dans son cercueil… Que va-t-il advenir de Manga Distribution et de ses employés maintenant que Déclic Images a une nouvelle vitrine pour la distribution de ses licences? (rappelons qu’officiellement Déclic Images n’a pas de salarié, hormis Valérie Uzan…)

Ce tour de passe-passe suffira-t-il à racheter une virginité au couple Uzan?

Poly vs IDP : la décision

lundi, novembre 27th, 2006

Voici le texte de la décision de la Cour d’Appel de Versailles dans l’affaire opposant Poly Production à IDP:

télécharger la décision (PDF, 895 Ko)

Le texte est assez long (16 pages) : la Cour d’Appel rappelle tout d’abord les prétentions de chaque partie (page 1 à 7), développe longuement son argumentation (page 8 à 15), pour enfin rendre sa décision.

Concernant les points importants de cette décision, il faut faire un petit rappel des faits : Alors que Poly Production avait fait l’acquisition du fond de commerce d’IDDH (société de Bruno-René Huchez ayant déposé le bilan), IDP avait fait l’acquisition des masters français de Candy et Goldorak auprès de la société LSL Communication (une autre entreprise du même Bruno-René Huchez).

Les masters sont restés en dépôt chez la société Paridis, qui s’est vue demander de les remettre à la société Poly Production. Le laboratoire a refusé, arguant qu’il leur fallait l’autorisation de la société IDP : le litige s’est donc vu renvoyé devant la justice.

Après une décision en première instance, qui a débouté Poly Production de sa demande, il s’est avéré que ni Candy, ni Goldorak ne figuraient dans la liste des actifs rachetés à IDDH par Poly Production. Le 20 Janvier 2006, soit sept ans après le rachat des actifs, un avenant au contrat a été ajouté par le liquidateur judiciaire d’IDDH, rajoutant une quinzaine de titres, dont Candy et Goldorak.

La Cour d’Appel a invalidé cet avenant, et bien que la décision ne portait que sur les masters, elle a bien noté que le contrat initial ne mentionnait pas Candy et Goldorak, tant en matière d’œuvre audiovisuelle (droit incorporel) qu’en matière de masters (droit corporel).

La Cour a également pris acte de ce que IDP avait affirmé dans ses écritures qu’elle ne s’opposait pas à la restitution des masters à Toei Animation, contre règlement des frais de stockage qu’IDP a réglé pendant des années.

A noter également que la Cour a déclaré irrecevables les demandes de Toei Animation, qui s’était portée intervenante volontaire pour la procédure d’appel. Ce qui n’a rien d’étonnant, sachant que nous avons déjà rencontré un cas semblable pour l’appel de Déclic Images et Manga Distribution, Poly Production s’étant portée intervenante volontaire et s’étant vu refuser ses demandes au titre qu’elle n’est pas intervenue en première instance. Cependant la Cour d’Appel a accédé à la demande de Toei Animation concernant son offre de remboursement des frais de stockage à la société IDP pour un montant de 17.005,42 €. Par ce remboursement, Toei Animation devrait donc logiquement récupérer les masters français de Candy et Goldorak.

A ce titre, et bien que leur intervention volontaire ait été rejetée, les avocats de Toei Animation se disent satisfaits.

Poly vs IDP & Paridis : décision d’Appel

jeudi, novembre 23rd, 2006

En Septembre 2005, Poly Production demandait à ce que les masters de Candy et Goldorak, entreposés dans les locaux de la société Paridis pour le compte d’IDP, leurs soient remis. Une décision en première instance avait débouté Poly de ses demandes, et c’est aujourd’hui que se jugeait l’appel de cette affaire.

La Cour d’Appel de Versailles a donc statué, et confirmé le jugement en première instance : Poly Production ne peut revendiquer les masters de ces deux séries. D’autre part, l’avenant au contrat entre IDDH et Poly Production a également été invalidé par la Cour d’Appel. Il semble qu’implicitement Poly Production se voie dénié toute titularité sur les droits de la VF de Candy et Goldorak. Il reste à éclaircir quelques points, mais il semblerait que les masters soient destinés à être récupérés par Toei Animation.

Voilà qui éclaircit quelque peu la situation concernant les droits de la version française, ce qui va probablement simplifier les choses pour une édition en DVD, au moins en ce qui concerne Goldorak.

Je devrais être en mesure de publier la décision de la Cour d’Appel demain.

Bien entendu, il reste encore le recours de la cassation à Poly Production.

Goldovrac

mercredi, novembre 8th, 2006

Quelques brèves, en vrac, donc:

– Les plaidoiries ont eu lieu hier au Tribunal de Commerce de Brignoles, sans surprise les avocats de DI & MD ont présenté un plan de continuation.
– Dans l’affaire opposant IDP et Poly Production sur les masters, la Cour d’Appel de Versailles devrait rendre son jugement ce mois-ci.
– Dans son dernier numéro, Animeland fait le point sur l’affaire Goldorak, et publie une interview de Benjamin & Valérie Uzan.
– D/Visual annonce la sortie des DVD Italiens de « Goldrake » pour le printemps prochain.
– Les modalités de la procédure en cassation devraient être connues courant Décembre, on saura alors si la procédure se fera en un an ou en trois ans…

Benjamin Uzan rachète le groupe IDP?

mercredi, octobre 18th, 2006

Durant ces derniers mois, plusieurs rumeurs avaient fait état de l’éventualité d’un rachat de plusieurs éditeurs (Mabell, Kaze) de la part de Benjamin Uzan.

Cette fois ce sont trois sources différentes qui m’informent que Benjamin Uzan aurait effectivement acheté le groupe IDP (partiellement ou totalement). Benjamin Uzan aurait réuni les équipes d’IDP et de Loga-Rythme hier matin pour se présenter.

Le groupe, jusqu’ici dirigé par Yves Huchez (neveu de Bruno-René, en froid avec ce dernier), et qui comporte entre autres IDP video, Loga-Rythme, et Japan Expo, avait également sorti une édition de Capitaine Flam il y a quelques temps. Difficile de dire si cette édition est concernée par la plainte au pénal déposée par Toei Animation, mais le regroupement du catalogue d’IDP entre les mains de Benjamin Uzan risque de compliquer les choses…

Bref, voilà qui viendrait brouiller les cartes un peu plus… et qui ne manquera pas de faire du bruit dans le milieu.

Dans ce contexte, qu’adviendra-t-il de Manga Distribution et de Déclic Images? Réponse le 7 Novembre, avec la présentation des conclusions des administrateurs judiciaires devant le tribunal de commerce…

[Edit 19/10/06] IDP confirme sur son forum la prise d’intérêts de Benjamin Uzan à hauteur de 15% du capital d’IDP