Archive for the ‘Candy’ Category

Poly vs IDP & Paridis : décision d’Appel

jeudi, novembre 23rd, 2006

En Septembre 2005, Poly Production demandait à ce que les masters de Candy et Goldorak, entreposés dans les locaux de la société Paridis pour le compte d’IDP, leurs soient remis. Une décision en première instance avait débouté Poly de ses demandes, et c’est aujourd’hui que se jugeait l’appel de cette affaire.

La Cour d’Appel de Versailles a donc statué, et confirmé le jugement en première instance : Poly Production ne peut revendiquer les masters de ces deux séries. D’autre part, l’avenant au contrat entre IDDH et Poly Production a également été invalidé par la Cour d’Appel. Il semble qu’implicitement Poly Production se voie dénié toute titularité sur les droits de la VF de Candy et Goldorak. Il reste à éclaircir quelques points, mais il semblerait que les masters soient destinés à être récupérés par Toei Animation.

Voilà qui éclaircit quelque peu la situation concernant les droits de la version française, ce qui va probablement simplifier les choses pour une édition en DVD, au moins en ce qui concerne Goldorak.

Je devrais être en mesure de publier la décision de la Cour d’Appel demain.

Bien entendu, il reste encore le recours de la cassation à Poly Production.

Wanted

vendredi, septembre 29th, 2006

Ils ont beau faire les malins, les trois autres, on verra bien s’ils s’en tirent mieux ;¬)

DDV & la SACEM

vendredi, juillet 7th, 2006

Sur le scan de la jaquette d’un DVD Candy que m’avait envoyé Franckie, on peut voir le timbre SACEM, (Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique) qui indique que les droits d’auteur sont dûment reversés.

L’organisme chargé de recouvrer ces droits est la SDRM (Société pour l’administration du Droit de Reproduction Mécanique).

Les droits d’auteur sur les DVD Candy portent sur le doublage et deux génériques, et concernent un tirage de 300.000 exemplaires, ce qui représente une facture de 180.000 euros. Cette facture est payable dès la reproduction (et non la commercialisation). Or, la SDRM n’a toujours rien touché de Digital Diffusion Video, et en conséquence l’apposition du timbre SACEM sur les DVD poserait quelques problèmes d’ordre légal…

Il faut savoir que ce timbre n’est pas appliqué de manière systématique, c’est au cas par cas, de manière contractuelle.

Une plainte a été déposée au pénal, l’instruction est en cours, et la Brigade Centrale de la Répression de la Contrefaçon a commencé son enquête.

Candy : la décision!

vendredi, mai 19th, 2006

Désolé pour le black-out, j’ai été quelque peu surchargé ^_^;

Pour commencer, un peu de pédagogie pour bien comprendre de quoi il retournait des deux procédures jugées le 12 Mai.

La première décision était un appel en référé concernant la chaîne des droits d’exploitation de Candy. En effet, DDV et Poly Production avaient obtenu une ordonnance d’expertise en référé (petit rappel : le référé est une procédure d’urgence où on ne juge pas sur le fond mais sur le bien-fondé de l’urgence et de la demande d’après la forme seulement). Toei avait interjetté appel de cette décision, et a obtenu gain de cause. La décision de justice, que vous pouvez lire ici, donne le détail complexe de la chaîne des droits de la série Candy, de Toei Animation à Marubeni à IDDH, puis à Poly et DDV. On y apprend des choses intéressantes, comme par exemple le fait que la cession du catalogue d’IDDH ne faisait pas initialement figurer Candy, et que celle-ci a été rajoutée par avenant au contrat entre Poly et le liquidateur judiciaire de feue IDDH le 20 janvier dernier…

Quoi qu’il en soit la cour d’appel a statué et condamné Poly Production et DDV a ouvrir leurs comptes, à fournir les masters à Toei Animation sous peine d’astreintes journalières de 10.000 euros, leur fait interdiction de commercialiser la série, annule la demande d’expertise, et dit que Toei Animation dispose des droits d’exploitation de Candy pour la France, du moins jusqu’au jugement de l’affaire sur le fond. Il s’agit donc là d’une victoire importante pour la société japonaise, et qui sait peut-être un premier pas vers une possibilité de publication officielle de la série en France, du moins si la fâcherie entre les deux créatrices de la série peut se régler un jour (paraît-il que les choses avancent sur ce plan, qui vivra verra).

Rendez-vous un peu plus tard dans la journée pour le compte-rendu de la décision concernant Goldorak ;¬)

Vous reprendrez bien un peu de justice?

vendredi, mai 12th, 2006

C’est donc aujourd’hui qu’étaient rendues les décisions concernant deux procédures:

– l’une concernant Poly contre Toei Animation. Poly avait demandé une expertise concernant les droits de la VF de Goldorak, leur demande avait été rejetée. Poly a fait appel de cette décision, et c’est aujourd’hui que cet appel a été jugé.

– l’autre concernant Poly et Digital Diffusion Vidéo contre Toei Animation. Poly et DDV ayant demandé une expertise pour les droits d’exploitation de Candy.

Ces deux procédures sont donc des étapes importantes et devraient être lourdes de conséquences sur la suite des événements. Cependant, le temps que les avoués communiquent tous les documents, je ne pourrai pas vous donner le résultat avant le début de la semaine prochaine.

Ben alors?

samedi, mai 6th, 2006

Ca ne vous aura probablement pas échappé, l’actualité concernant les affaires Goldorak et Candy s’est relativement calmée (ce qui n’est pas pour me déplaire). Cependant nous aurons des nouvelles d’ici peu puisque le 12 Mai, deux jugements seront rendus qui seront probablement lourds de conséquences pour la suite des événements. Je vous donnerai plus de détails dans les jours à venir, mais vous pouvez d’ores et déjà prendre date ;¬)

Entre temps, ça n’empêche pas certains internautes peu scrupuleux de faire leur beurre sur ces tristes affaires, puisque certains n’hésitent pas à mettre en vente des copies de DVD pirates… le tout à plus du double du prix de vente des originaux. L’un d’entre eux a même fait très fort, puisqu’il s’est servi du scan de la publicité de Candy publié sur ce site même, pour faire la promotion de son article! On ne peut donc pas dire qu’il ne sait pas à quoi il s’expose…

Puisque ces personnes connaissent mon site, petit message à leur attention : vous risquez très gros pour les quelques dizaines d’euros de bénéfice facile, réfléchissez-y à deux fois…

Un bien petit monde

mardi, mars 28th, 2006

Dans l’affaire Candy, on ignore encore beaucoup de choses sur sa société éditrice, Digital Diffusion Video. On sait qu’elle a obtenu les droits de Candy par la société Poly Production. On ignore la provenance des masters, et surtout on se demande bien qui a pu lancer une pareille opération : la société ayant été créée peu de temps avant la date de sortie des DVD initialement prévue, il est probable que cette opération n’a pas été lancée par le premier venu.

J’avais contacté Jacques Benchetrit, de la société Proteam, la société à l’origine de la fameuse « étude de marché » (étude incarnée par des bons de commande des DVD Candy faxés à la grande distribution). Monsieur Benchetrit m’a indiqué que le cabinet d’avocats Bitoun représentait la société Digital Diffusion Vidéo. J’ai appelé le cabinet en question, et j’ai pu parler à Maître de La Rochère, qui s’est refusé à tout commentaire.

Or, on apprend dans la procédure qui oppose Poly Production à Toei Animation, que le même cabinet Bitoun défend dorénavant les intérêts de Poly Production (autrefois représentée par Maître Borrowsky). Mais ça ne s’arrête pas là, puisque dans une affaire opposant la société Dybex à Bruno-René Huchez, ce dernier est également représenté à titre personnel par le cabinet Bitoun.

On peut trouver également d’autres liens, puisque d’après l’extrait K-bis de la société Poly Production, l’administrateur de la société s’appelle François Godeluck. Or on constate que le même François Godeluck est également responsable du développement chez Rouge Citron Production/Kero.

Je sais pas pour vous, mais parfois j’ai la musique entêtante de l’attraction « it’s a small world » de Disneyland qui me trotte dans la tête…

Captures Candy

lundi, mars 20th, 2006

Frankie m’a fait parvenir ces captures des DVD Candy (cliquez dessus pour les voir en grand format):






Droits Candy & Goldorak

lundi, mars 13th, 2006

Pendant ce temps là…

Vous vous rappelez peut-être que Poly Production avait obtenu une saisie conservatoire de 3 millions d’euros. Voici les prochains développements de cette affaire:

Le 28 Mars aura lieu l’audience à huis-clos sur l’appel d’ordonnance visant à déterminer qui de Poly Production ou de Toei Animation détient les droits sur la bande son française de Goldorak, et qui de Digital Diffusion Video ou de Toei Animation détient les droits sur Candy.

Concernant le jugement sur le fond (il n’y a eu jusqu’ici que des procédures en référé), les avocats doivent rendre leurs conclusions le 28 Avril, mais aucune date de clôture (qui signe l’arrêt du ping-pong entre les avocats) n’a été donnée pour le moment. Au mieux, on peut envisager une audience pour la fin Mai.

Concernant Candy, plusieurs commentaires ont indiqué que les coffrets seraient en vente dans des magasins spécialisés à Bruxelles. S’il y a parmis vous des Belges, toute confirmation ou infirmation serait la bienvenue!

Candy dans la nature!

lundi, février 6th, 2006

Un vendeur professionnel sur Priceminister a mis en vente deux coffrets de DVD de Candy (volume 1 & 2), au prix de 65 euros pièce.

Ces coffrets ont rapidement trouvé preneur, et se sont tout aussi rapidement retrouvés sur eBay. Les enchères ont grimpé jusqu’à plus de 80 euros pour l’un et 100 euros pour l’autre, puis les enchères ont tout bonnement disparu…

Les annonces, tant sur Price Minister que sur eBay, insistaient sur la nature « rarissime » du produit (chacun appréciera…)

Une chose est donc sûre, des coffrets Candy se sont retrouvés dans la nature. Le grand mystère, c’est comment « MovieCDstore » sur PriceMinister a pu les obtenir…

Une procédure VERO a été lancée sur eBay pour que ça ne se reproduise pas, et celle-ci semble avoir été validée, contrairement à celle lancée pour Goldorak…