Archive for the ‘Poly Production’ Category

Un bien petit monde

mardi, mars 28th, 2006

Dans l’affaire Candy, on ignore encore beaucoup de choses sur sa société éditrice, Digital Diffusion Video. On sait qu’elle a obtenu les droits de Candy par la société Poly Production. On ignore la provenance des masters, et surtout on se demande bien qui a pu lancer une pareille opération : la société ayant été créée peu de temps avant la date de sortie des DVD initialement prévue, il est probable que cette opération n’a pas été lancée par le premier venu.

J’avais contacté Jacques Benchetrit, de la société Proteam, la société à l’origine de la fameuse « étude de marché » (étude incarnée par des bons de commande des DVD Candy faxés à la grande distribution). Monsieur Benchetrit m’a indiqué que le cabinet d’avocats Bitoun représentait la société Digital Diffusion Vidéo. J’ai appelé le cabinet en question, et j’ai pu parler à Maître de La Rochère, qui s’est refusé à tout commentaire.

Or, on apprend dans la procédure qui oppose Poly Production à Toei Animation, que le même cabinet Bitoun défend dorénavant les intérêts de Poly Production (autrefois représentée par Maître Borrowsky). Mais ça ne s’arrête pas là, puisque dans une affaire opposant la société Dybex à Bruno-René Huchez, ce dernier est également représenté à titre personnel par le cabinet Bitoun.

On peut trouver également d’autres liens, puisque d’après l’extrait K-bis de la société Poly Production, l’administrateur de la société s’appelle François Godeluck. Or on constate que le même François Godeluck est également responsable du développement chez Rouge Citron Production/Kero.

Je sais pas pour vous, mais parfois j’ai la musique entêtante de l’attraction « it’s a small world » de Disneyland qui me trotte dans la tête…

Droits Candy & Goldorak

lundi, mars 13th, 2006

Pendant ce temps là…

Vous vous rappelez peut-être que Poly Production avait obtenu une saisie conservatoire de 3 millions d’euros. Voici les prochains développements de cette affaire:

Le 28 Mars aura lieu l’audience à huis-clos sur l’appel d’ordonnance visant à déterminer qui de Poly Production ou de Toei Animation détient les droits sur la bande son française de Goldorak, et qui de Digital Diffusion Video ou de Toei Animation détient les droits sur Candy.

Concernant le jugement sur le fond (il n’y a eu jusqu’ici que des procédures en référé), les avocats doivent rendre leurs conclusions le 28 Avril, mais aucune date de clôture (qui signe l’arrêt du ping-pong entre les avocats) n’a été donnée pour le moment. Au mieux, on peut envisager une audience pour la fin Mai.

Concernant Candy, plusieurs commentaires ont indiqué que les coffrets seraient en vente dans des magasins spécialisés à Bruxelles. S’il y a parmis vous des Belges, toute confirmation ou infirmation serait la bienvenue!

Le point sur les procédures

lundi, février 6th, 2006

Le « pactole » accordé à Toei Animation et Dynamic Planning par la justice attire toutes les convoitises… Ainsi, le propriétaire de la bande son anglaise de Goldorak réclame sa quote-part, sous le prétexte que l’Anglais est la langue universelle…

D’autre part, par ordonnance du juge de l’exécution le 2 Décembre, Poly Production a demandé et obtenu une saisie conservatoire de 3 millions d’euros sur les dommages et intérêts, au titre de sa titularité sur les droits de la bande son française de Goldorak (on se demande bien pourquoi Poly Production ne s’est pas constituée intervenante volontaire lors des plaidoiries…)

Toei Animation a fait une demande de levée de la saisie en référé, mais cette demande a été rejetée le 26 Janvier dernier, pour apparence de créance (cependant il reste à juger l’affaire sur le fond, et dans cette affaire on a déjà vu une requête perdue en référé mais gagnée sur le fond…) Le jugement sur le fond devrait avoir lieu en Mars ou Avril.

D’autre part, contrairement à ce qui a été dit dans certains commentaires, Jérôme Alquié (pour mémoire, c’est lui qui a réalisé les visuels des coffrets Goldorak) n’a pour le moment fait l’objet d’aucune procédure.

Concernant le volet pénal (coffret 3 de Goldorak et Candy), l’affaire n’a pas bougé puisque le juge d’instruction n’a toujours pas été nommé.

Pour le moment, concernant toutes les procédures en cours, que ce soit l’appel de DI/MD comme des procédures contre la distribution, aucune date n’a encore été fixée.

Cependant, on trouve encore les DVD de Goldorak chez certaines grandes enseignes de la distribution… ce qui pourrait faire l’objet d’astreintes journalières pour Déclic Images et Manga Distribution.

Poly vs. Paridis : la décision de justice

mardi, janvier 10th, 2006

Le 28 Septembre dernier, le Tribunal de Commerce de Versailles a rendu une décision de justice en première instance dans un litige opposant Poly Productions & IDP à Paridis sur la propriété des masters français de Goldorak et Candy…

En effet, ces masters étaient dans les locaux du laboratoire Paridis, et Poly Productions a demandé à les récupérer. Paridis a refusé dans la mesure où il leur fallait une autorisation de la société IDP.

Ce litige permet d’y voir un peu plus clair sur la propriété de la version française de Goldorak : jusqu’ici, la société Poly Productions revendiquait la titularité des droits d’auteur sur la bande son française de Goldorak, suite au rachat des actifs de la société IDDH. Or ce jugement démontrerait que Poly Production ne détiendrait pas ces droits, puisqu’ils n’ont pas été notifiés dans la liste des actifs concernés! Un des arguments de Poly Production est à ce titre assez révélateur:

Ce n’est pas parce que la société Poly Productions n’aurait pas de droits sur la version française de la série Goldorak qu’elle n’aurait pas de droits sur les supports matériels

La justice a d’ailleurs donné tort à Poly Production, ce qui est également intéressant concernant l’affaire Candy, puisqu’il semblerait que Poly Productions ait vendu à Digital Diffusion Vidéo les droits de Candy sans pour autant les avoir… (des sources proches du dossier évoquent un montant d’un million d’euros…)

Voilà qui change beaucoup la donne, et qui devrait laisser les coudées plus franches à Toei Animation pour sortir les DVD officiels de Goldorak en France.

Poly Productions a interjeté appel de la décision, le jugement en appel ne manquera pas d’attirer l’attention de tous les protagonistes des affaires Goldorak & Candy… Si la décision est confirmée en appel, les DVD de Goldorak devraient donc prendre moins de temps à sortir qu’on pouvait le craindre.

télécharger la décision de justice (format PDF, 525 Ko)

Poly Production se rebiffe

vendredi, octobre 14th, 2005

On a du mal à le croire, mais pourtant il restait encore un grand absent dans toute cette affaire : Poly Production, pourtant impliquée nommément par Déclic Images dans son communiqué. Pour rappel:

Par ailleurs, nous tenons à préciser que la société Poly Production ne peut revendiquer les droits de la version française de la série Goldorak.

Je suis entré en contact avec Maître Borowsky, qui défend les intérêts de Poly Production, afin d’obtenir son sentiment sur le sujet. Elle m’a dit que son client, repreneur des actifs de IDDH, détenait bel et bien les droits de la bande son française des 52 premiers épisodes (contrairement à ce que Déclic Images a affirmé, donc), ainsi que de tous les noms propres français de la série (noms des personnages, robots, armes…). Maître Borowsky m’a également dit suivre l’affaire de près, et se réserver le droit d’y donner des suites judiciaires…